Revenir chez soi.

Les dernières semaines ont été une occasion de faire un grand branlebas de combat dans ma vie. Les choses tranquillement se replacent après des mois d’ébranlements et de bouleversements. Je ne certainement plus la même personne que j’étais il y a quelques mois. Je crois sincèrement que c’est parfait comme ça.

Comme plusieurs parmi vous le savent, cette année a été particulièrement riche en transformations de toutes sortes dans ma vie. Au coeur de ces transformations est né Saluer la mer, dont je ne pourrais pas être plus fier. Avoir réussi à faire naître cette entreprise alors même que j’étais à mon plus bas me prouve à quel point cette expérience était nécessaire pour moi.

Je reviens de Québec et de Montréal où j’ai passé quelques semaines à envisager les options, à me questionner sur l’avenir et à réfléchir à mes projets. L’année que je viens de passer m’a forcément amené à questionner ma place aux Îles et envisager les possibilités qu’il y aurait ailleurs.

Mais je reviens avec le sentiment d’une confirmation. Mon voyage a été peuplé de rencontres inspirantes qui m’ont fait réaliser à quel point les Îles me sont bénéfiques, à quel point elles m’offrent des opportunités de grandir et de me réaliser. Je reviens donc chez moi avec encore plus d’étoiles dans les yeux, encore plus de projets dans la tête.

C’est un joli baume après une longue période de puits asséché. Plus que jamais je perçois la pertinence de mon travail et la nécessité de creuser ce filon de « propulsion créative » que j’ai vu naître en moi. Plus que jamais, j’ai envie d’aider des gens à entrer en contact avec leur créativité, et à accueillir les périodes creuses autant que les périodes pleines, parce qu’elles font toutes deux partie du cycle de la création.

Dans toute cette zone d’ombre, l’art est sans doute la chose qui m’a fait le plus de bien. J’y ai trouvé un sanctuaire, un espace où me remplir alors que je me sentais totalement vide. Bien d’autres éléments m’aident à croître, mais peu d’entre eux provoquent en moi cette impression de toucher à mon essence même, à ce qui a forgé mon identité.

Je veux donc revenir, à mon rythme, à l’acte de créer et de partager. Je reviens non seulement chez moi, mais en moi et, si la montagne n’est pas encore tout à fait gravie, la vue d’en haut m’inspire à continuer de monter.

2 Replies to “Revenir chez soi.”

  1. Que c’est bien dit… J’ai deja intitulé des œuvres : Se relever, Sortir la tête hors de l’eau et Quand la vie bat de l’aile… ton texte se prête à toutes ces réflexions et la nécessité pour l’artiste de plonger en lui-même, dans son sanctuaire, comme tu le présente si bien. Plonger ou monter, malgré le vertige des profondeurs ou des hauteurs…

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s