Ce que RuPaul’s Drag Race m’a appris sur la créativité

Que ceci soit dit et annoncé tout haut : je suis un fan de la première heure de tout ce qui concerne, de près ou de loin,

a. l’univers des drag queens en général
b. RuPaul’s Drag Race

D’abord, pour ceux.celles qui l’ignorent, RuPaul’s Drag Race est une compétition de style téléréalité avec, pour point central, 14 personnificateurs.trices féminin.e.s qui doivent rivaliser d’adresse et d’audace pour remporter le titre de prochaine «Drag Superstar» américaine. Pour les gens qui ont beaucoup écouté MusiquePlus, c’est un peu le America’s Next Top Model de la drag. Et c’est franchement extraordinaire. L’émission en est à sa dixième saison et gagne en succès et en popularité d’année en année.

Et si je vous en parle aujourd’hui, c’est que RuPaul et ses successeur.e.s ont beaucoup à nous apprendre sur le processus créatif.

Premièrement, parce que, pour entrer sur scène, les drags acceptent de se mettre en danger. En effet, chaque semaine, elles montent sur scène, sont critiquées sur leur performance de la semaine et courent le risque de devoir se battre en duel lors d’un épique lip sync for your life!

Prendre des risques, c’est aussi accepter de faire face à la critique. Devant celle-ci, l’idéal est de faire comme nos drag superstars et de se l’approprier à sa façon. Cela ne veut donc pas dire que toutes les critiques sont nécessaires et doivent être suivies à la lettre. Cela signifie plutôt qu’il faut, face à la critique, faire ses choix en étant conscient de leur impact. Tout accepter sans broncher, c’est s’effacer. En revanche, refuser entièrement la critique, c’est se cantonner à un rôle limité, celui de la victime.

Enfin, voir une drag queen monter sur scène, c’est aussi une leçon de courage. Dans les mots de RuPaul elle-même, « l’acte le plus puissant qu’on puisse faire, c’est devenir le reflet de sa propre imagination. » Paradoxalement, sous ces couches de maquillage, de vêtements, de brillants et d’artifices, c’est là que se révèle la personnalité brute et franche de l’artiste caché.e en dessous. Autrement dit, le moment où on devient le.la plus puissant.e, c’est lorsqu’on assume pleinement, franchement et sans s’excuser, l’être que l’on est, dans ses qualités comme dans ses travers.

Alors, au travail, personnes créatives! On a bien du pain sur la planche pour devenir aussi formidables que ce que notre imagination est capable de créer!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s